La Case

Pour les lesbiennes, le coming-out a des effets parfois surprenants, surtout dans le milieu professionnel. 

SYNOPSIS

Pour les lesbiennes, le coming-out a des effets parfois surprenants… Certains hommes vous prennent pour leur pote et s’autorisent à vous demander des détails sur votre vie sexuelle. Certaines femmes se tiennent sur leur garde. On ne sait jamais, des fois qu’il leur prendrait l'envie de les draguer !

Thématique(s) : , Droits humains, Féminisme, Identité, LGBTQI2SA+

FICHE

Réalisation | , Marion Auvin, Serena Porcher-Carli
Année | , 2020
Pays | , France
Durée | 5 minutes
V.O. | , française
S.-t. | , Français
Image | Serena Porcher-Carli
Son | Vincent Zanetto
Conception sonore | Vincent Zanetto
Mixage sonore | Vincent Zanetto
Montage | Serena Porcher-Carli
Auteur.e | Serena Porcher-Carli
Animation | Marion Auvin
Productrice | Claire Beffa
Distributrice | Claire Beffa

REALISATION

Photo du realisateur

Marion Auvin

VOIR LA FICHE COMPLÈTE

Diplômée de l’école Estienne et de l’EMCA à Angoulême, Marion Auvin commence son métier de réalisatrice en adaptant Je suis comme je suis de Jacques Prévert pour la collection En Sortant de l’Ecole. S’en suivent la réalisation de courts-métrages et de films de commande. Amoureuse du mouvement, de la gestuelle, Marion Auvin est aussi animatrice 2D.

Photo du realisateur

Serena Porcher-Carli

VOIR LA FICHE COMPLÈTE

Serena Porcher-Carli est une jeune photographe et réalisatrice née en 1989. Ses voyages et ses formations universitaires en géographie et anthropologie filmique l'ont fait s'intéresser au documentaire sous toutes ses formes : par le son, la vidéo, la photographie, le texte. Elle s’emploie à raconter des histoires d’humain·e·s environné·e·s de problématiques culturelles et sociales. Elle développe des projets avec une vision intimiste, subjective et locale, loin du spéculaire journalistique. Pour elle, il n'y a pas une seule vérité, elle préfère donc susciter une réflexion selon chaque sensibilité et chaque regard plutôt qu'imposer une vision, faire ressentir plutôt que donner à voir. La question de l’identité est au cœur de sa réflexion.
Pour son film photographique Enzo, elle a reçu entre autre, le prix de la mention spéciale du jury du festival de Villeurbanne et le film est à ce jour sélectionné dans plus de 60 festivals nationaux et internationaux, dont 7 de catégorie 1 (Etats Généraux de Documentaire, Côté Court Pantin, Rencontres audiovisuelles de Lille, Festival international de court métrage d’Oberhausen, Off-courts Trouville, Tempere Film festival). Après Enzo, elle a réalisé un deuxième travail sur la transidentité, Mathéo, en parallèle d’un travail universitaire de recherche. Elle s’intéresse également au domaine viticole et au monde rural. Depuis 2019, elle travaille sur deux projets personnels féministes : le viol et l’endométriose. Elle développe également deux projets de films documentaires avec deux boites de production : un sur les discriminations en animation et un sur les bullshit job. Elle est lauréate de la bourse Brouillon d’un Rêve de la SCAM 2020. Elle est diplômée de l'ENS Louis-Lumière depuis juin 2017.

PROJECTIONS

SÉANCE 1 | 

26 juillet 2022 à 20h45

Parc Médéric Martin 

Ce film fait partie du programme Programme courts métrages #2 – Dominer les privilèges